C’est beau la vie!

Créé par le 03 mai 2009 | Dans : Liens

 

Image de prévisualisation YouTube

J’aime la vie à peu près autant qu’on aime respirer quand quelqu’un vous a retenu la tête de force sous l’eau pendant deux minutes. J’entends souvent des gens dire qu’ils aiment la vie et je trouve leur propos à peu près aussi insensé que si j’entendais un poisson me dire qu’il aime l’eau. Je n’ai pas le choix d’être en vie, je le suis. J’aurais le choix si la mort n’était pas irréversible et si le passage d’un état à l’autre n’occasionnait pas de souffrance. Autant dire qu’il y a une impossibilité pratique. 

  

Cependant je ne connaîtrai jamais la mort puisque pour connaître quelque chose il faut être en vie. Même au moment de la dernière minute de la vie, on ne connaît pas la mort ; on connaît l’agonie. Et pour agoniser, il faut être en vie. La douleur est une manifestation de la vie ; je n’aime pas la douleur. Qui aime souffrir? ( Non, le masochiste ne souffre pas, il jouit.) Le plaisir est aussi une manifestation de la vie tout comme l’ennui. Non, je n’aime ni ne déteste la vie ; je suis pris avec et j’essaie de me la rendre la plus agréable possible. Pour moi le bonheur[1] n’est pas un privilège, c’est un minimum auquel je me dois d’accéder et je voudrais être mort à chaque fois que je souffre ou que je m’ennuie. 

  

Je pense que c’est pareil pour chacun alors j’évite d’emmerder les autres avec mes problèmes existentiels et je porte ma peau, gardant en tête la phrase de Montaigne qui dit que « Chaque homme porte en lui la forme entière de l’humaine condition ». Cette phrase me revient à chaque fois que mon regard silencieux croise celui d’un passant ou se remémore des visages connus. 

  

Pourquoi je m’écris ?

Créé par le 02 mai 2009 | Dans : Liens, wafa ennawawi

 

Pourquoi je m'écris ? dans Liens 2064413262_1

 Pourquoi je m’écris ?

 


  Je m’écris parce que j’ai besoin de parler à quelqu’un et que je suis seul. Et j’ai peur de passer pour un fou si je me mets à parler tout seul. (Et dire qu’on est combien de milliards sur la planète ?) 
  Je m’écris comme les fous se parlent tout seul. En me targuant de ne pas être fou, je me parle à moi-même avec un stylo. Et c’est commode : la mémoire du stylo a un plus long cours que celle de la parole. 

  Je m’écris avec la vague satisfaction que je suis peut-être en train d’écrire à quelqu’un de compatissant qui, dans un futur quelconque me lira avec empathie et toutes ces émotions que je voudrais que ressente cet idéal lecteur imaginaire.   Je m’écris comme je me regarde dans un miroir ; mes phrases étant le visage de ma pensée. Je peux ainsi observer celle-ci comme si je regardais quelqu’un d’autre. Ainsi je me dédouble et ça réduit ma solitude. 

  Je m’écris parce que ça ne coûte rien. Un thérapeute me coûterait une fortune ; je parle tout le temps. 

  J’écris parce que j’ai besoin d’évaluer le modèle du monde que je me suis fabriqué. Ainsi, je peux l’examiner à loisir et, au besoin, le modifier. Pourquoi ai-je besoin d’un modèle du monde ? Pour comprendre mon existence. Donner des lignes (schémas) à mon cortex qui a besoin d’ordre pour soulager son angoisse. Les animaux n’en ont pas besoin ; ils vivent dans une telle immédiateté

MamiAgadir

La passion, l’humilité et la modestie

Créé par le 02 mai 2009 | Dans : Liens

La passion, l'humilité et la modestie dans Liens Modestie

La passion, l’humilité et la modestie

Dans notre recherche du savoir, nous aboutissons ainsi à la connaissance de notre ignorance fondamentale. L’homme est instruit de cette ignorance par sa raison, car c’est grâce à elle qu’il peut saisir l’identité des contradictions dans l’infini. L’homme se trouve alors dans un état de docte ignorance

Docte parce qu’il se sait ignorant. Ignorant parce qu’il est un être fini et n’est pas capable de saisir l’infini divin. « Mon Dieu, d’où vient qu’en la plus haute considération de mon âme, je vous vois tout infini[…]. Ainsi il s’ensuit qu’aucun n’approche votre infini grandeur que celui qui se tient dans l’ignorance, à savoir celui qui sait qu’il ne vous connaît pas. » 

(Nicolas de Cues (en latin, Cusanus), 1401-1464, Atlas de la Philosophie, Livre de poche p.91) 

À partir du moment où je me positionne de telle sorte que j’accepte qu’il existe quelque chose de plus grand que moi, je me mets dans une position où je peux apprendre et me perfectionner. C’est l’attitude qui me convient le mieux pour étudier. Conjugué avec l’intérêt pour le sujet qui m’attire, j’espère pouvoir améliorer mes connaissances. Le piège consiste à croire que je sais. Lorsque je crois savoir, j’estime ne plus rien avoir à apprendre et mon esprit se ferme. N’est-il pas ennuyant d’être avec une personne qui nous prive de lui apprendre quelque chose? C’est comme si notre expérience était invalide. Notre admiration pour son savoir est son seul intérêt. Si cette personne n’a plus rien à apprendre, peut-être voudra-t-elle partager son savoir avec moi. J’aurais alors beaucoup plus de facilité à accepter son savoir s’il m’était présenté avec modestie. S’il m’est présenté avec orgueil et prétention, ça me donne envie de défier cet interlocuteur et de trouver la faille qui mettra au jour les limites de ses connaissances. Cette prétention est comme le signe évident de la fragilité de son savoir. Celui qui se vante a manifestement besoin de la reconnaissance des autres et démontre le doute qu’il a de lui-même. Comment avoir confiance en une personne qui doute d’elle-même surtout si elle cherche à cacher son doute en arrière d’une attitude prétentieuse? 

La combinaison parfaite pour le transfert du savoir, c’est, je crois, un humble étudiant qui s’instruit auprès d’un modeste professeur. Ajoutez à cela la passion mutuelle pour une matière donnée, et l’apprentissage se fera dans la joie. Si le professeur enseigne avec modestie, il garde lui-même une porte ouverte à l’apprentissage. Il se positionne dans une situation où il est perfectible. Ainsi, il aura, comme son étudiant, l’opportunité d’apprendre et ce dernier se sentira valorisé tout comme lui. Les rôles pourront en venir à se confondre ; et si l’on parle d’une relation enrichissante pour les deux, on pourra maintenant ne plus parler de professeur et d’étudiant mais de deux personnes qui se passionnent pour le même sujet. 

* * * 

Je fais souvent un effort volontaire pour manifester de l’attention pour le sujet dont me perle une personne. Mon interlocuteur devient alors plus attentif à ce qu’il me dit et ça accroît instantanément mon niveau de cohérence. Il s’ensuit souvent une discussion enflammée et enrichissante.   

Voici les quatre clefs d’un échange humain intéressant : 

1- La modestie     Présence gratuite 

    Aucun but manifeste que d’être là, aimant     Tu es important(e) 

2 – l’attention 

    Je t’aide à trouver tes mots, je devance ta pensée, je te donne un feed-back pertinent     Ce que tu dis m’intéresse 

    Je fais en sorte que mon écoute attentive te fasse sentir intelligent(e) 

- 3 la passion     Rien d’autre, pour le moment, ne m’intéresse davantage 

4 – et l’humilité     Tes réflexions me permettent de faire des liens que je n’aurais pas pu faire seul, par moi-même ; c’est grâce à toi que je m’enrichis. 

Et ça commence par de la considération pour notre interlocuteur.  Avez-vous déjà remarqué que ces qualités humaines s’installent en nous automatiquement lorsque nous faisons la cour au sexe recherché? 

By Nawal nawaWi

Qu’est-ce que l’amour vrai?

Créé par le 01 mai 2009 | Dans : Liens, wafa ennawawi

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

L’amour ,le vrai, est une amitié profonde entre un homme et une femme qui, avec tout ce que cela suppose d’exigences, se sont donné mutuellement toute leur personne.
L’amour est un des plus beaux dons de Dieu. Il illiumine toute notre vie. Il transforme tout.Il est comme un soleil qui donne de la couleur,de la chaleur et du bonheur à tout ce que nous entreprenons.

L’amour n’est pas si facile , si banal, si évident que l’on pourrait croire.Non , il ne se résume pas à quelques battements de coeur, à un sentiment passager, ou au simple don des corps.

L’amour ne peut se contenter de la médiocrité; il ne se suffira jamais à de « l’à peu près ». L ‘amour est exigent: il exige des sacrifices, des efforts.

L’amour véritable va associer raison et choix.Il va impliquer des actes volontaires, va exiger de la discipline. Cet amour reconnait le besoin du progrès personnel et il ne peut se mettre en place que lorsque l’amour obsessionnel a disparu.L’amour véritable c’est répondre aux besoins de la personne aimée.Désirer son bien, son épanouissement et laisser l’autre nous aimer à son tour.L’amour véritable est un échange où chacun des partenaires donne le meilleur de lui-même à l’autre et reçoit la réciprocité.

Etre amoureux change radicalement tous nos comportements, aussi bien dans les moments de présence de l’être aimé que dans les moments de son absence.
La joie d’aimer et d’être aimé transforme les plus petits détails de la vie quotidienne, même ceux qui jusque là paraissaient ne revêtir aucune importance à nos yeux.Les moments d’attente de la présence de l’être aimé se métamorphosent en moments intenses de joie, d’espérance, de bonheur anticipé.Les événements , si minimes soient-ils, de la vie partagés, vécus à deux revêtent tout à coup une toute autre valeur.

Le bonheur d’une personne d’être reconnu comme unique au milieu de l’immensité des êtres humains, le bonheur d’avoir choisi quelqu’un de bien particulier parmi la masse des garçons et des filles que nous rencontrons sont des joies que l’on voudrait éternelles tant elles sont puissantes et lumineuses dans notre existence.Un prénom entre dans notre vie et subitement un monde nouveau s’ouvre pour nous.Une rencontre est sans doute un des moments les plus forts de la vie, une découverte que l’on vit intensément.

Il n’y a de l’amour que dans le respect et ce respect vient de la connaissance de plus en plus profonde de l’autre.
S’aimer , c’est aussi rêver ensemble de choses possibles.Deux personnes qui s’aiment deviennent complices de leurs rêves: mariage, maison,enfant, succès professionnels de l’un et de l’autre, implication sociale, vacances, retraite,…

On dit que l’amour est une émotion. L’émotion, c’est de l’énergie en mouvement, avec des hauts et des bas.L’émotion amoureuse ne peut survivre qu’à la condition d’être entretenue. « C’est le temps que j’accorde à ma rose qui rend ma rose importante », dit St-Exupéry.

Que pensez vous de cette définition de l’amour vrai, quelle est votre définition de l’amour vrai, l’avez vous déjà vécu?

c’est quoi l’amitié?

Créé par le 30 avr 2009 | Dans : Liens

 

c'est quoi l'amitié? dans Liens x5xjxa6o 

 C’est quoi l’amitié ?


Un ami(e) c’est une personne pour laquelle on a de l’amitié, de l’affection, ou avec laquelle on a des affinités. L’amitié c’est deux personnes qui se sont choisies et il y a des échanges entre elles (aide matérielle, confidences, respect, support, entraide, complicité).


Les 6 fonctions de l’amitié


*    Compagnonnage (présence de quelqu’un)
*    Plaisir – amusement
*    Support matériel (entraide, partage)
*    Augmente l’estime de soi (validation et attention)
*    Favorise la comparaison sociale (modèle)
*    Procure intimité et affection (confidences, conseils et aide)

L’importance de l’amitié


Avoir des amis c’est très précieux! Tes amis t’acceptent pour qui tu es et t’aident lorsque tu en as besoin. Ils t’apprennent pleins de choses. Ils respectent tes opinions et tes préoccupations. Lorsque tu es avec tes amis, tu te sens à l’aise et apprécié. Entre amis, on se communique nos idées et nos sentiments. Et quand ça va mal ou quand tu as besoin d’aide, tes amis sont là pour t’aider. Tes vrais amis sont là!

 

                                                                    attention_md_clr dans Liens 

 

 

 

Quelques conseils pour te faire des amis et les garder 

Commence par toi-même


Sois d’abord ton propre ami. Apprends à te connaître et découvre ce qui te rend heureux. Si tu es bien avec toi-même, les autres apprécieront plus passer du temps avec toi! 

Fais des activités


Implique-toi dans des activités. Les amitiés se créent souvent entre les personnes qui partagent les mêmes goûts et font les mêmes activités. L’amitié est basée sur des valeurs et des intérêts partagés. 

Fais les premiers pas


Parfois c’est gênant d’aller vers une nouvelle personne! Mais cela peut valoir la peine, peut-être que cette personne deviendra ta nouvelle amie. Approche une personne avec qui tu aimerais être ami et parle-lui d’une activité ou d’un sujet que vous aimez tous les deux. Après quelques fois, tu te sentiras plus à l’aise avec cette personne. 

Tout le monde a la capacité de se faire des amis
même si cela n’est pas toujours facile!

Image de prévisualisation YouTube

By Wafa nawawi

The red ribbon |
canaltropical |
l'étudiant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | wildcatsworld
| wwwfodelinfo
| Infos du jour